Pourquoi un mode de vie sain est plus important que votre poids ?

Ce n'est pas parce que vous êtes mince que vous êtes en bonne santé.

Ne jugez pas un livre à sa couverture. Nous avons entendu ce conseil maintes et maintes fois. Et il est logique. Pourquoi devrions-nous juger une personne en surpoids simplement pour son apparence ? Cela n'a rien à voir avec sa personnalité, cela ne dit rien de ses luttes et défis intérieurs, et cela ne dit rien de tout ce qu'elle a accompli dans la vie.

Il en va de même pour les personnes minces. Nous ne devons pas les juger comme étant en bonne santé simplement parce qu'elles sont minces. Combien de fois avez-vous dit ou pensé : "Elle est superbe ! Belle, mince et en bonne santé !"

De nombreuses études ont montré que le surpoids augmente le risque de diabète, de cancer, de maladie cardiaque et même de décès. Mais le problème réside dans la façon dont nous définissons la surcharge pondérale. Certaines études ne prennent en compte que les kilos. D'autres utilisent l'indice de masse corporelle (IMC), qui comprend à la fois les mesures de la taille et du poids. Mais ni l'un ni l'autre ne permet d'en savoir plus sur la santé globale.

Mais si vous deviez choisir l'un plutôt que l'autre, lequel est le plus important ?

Voici pourquoi cette question est pertinente : Perdre du poids et ne pas le reprendre est une tâche très difficile, que seuls 10 % des personnes au régime parviennent à tenir sur le long terme, quelle que soit leur volonté. Une alimentation saine permet-elle de compenser les conséquences néfastes des kilos en trop ?

 
Bien des personnes pensent que si elles parviennent à rester minces tout en mangeant mal et en ne faisant pas d'exercice, tout va bien. Le fait est que vous pouvez manger n'importe quoi et perdre du poids si vous êtes en déficit calorique. Mais même si vous semblez en bonne santé à l'extérieur, vous pourriez avoir les mêmes problèmes de santé que les personnes en surpoids ou obèses à l'intérieur.

 
Et voici l'autre raison pour laquelle cette question est pertinente : Les gens rejettent souvent les conseils visant à améliorer la qualité de leur alimentation, car ils pensent que leur poids idéal les protège des maladies cardiaques et d'autres affections. Ils pensent qu'un régime alimentaire malsain n'augmente le risque que par l'obésité. Une alimentation malsaine est-elle effectivement compensée si l'on est suffisamment mince ?

Pour répondre à cette question, une nouvelle étude publiée dans PLOS Medicine s'est penchée sur la longévité d'une vaste cohorte d'environ 80 000 Suédois représentatifs, âgés de 45 à 83 ans, pendant une moyenne de 17 ans.

Le régime alimentaire des participants a été évalué par rapport à un régime méditerranéen modifié, qui prend en compte huit éléments : fruits et légumes, légumineuses (pois, lentilles, haricots), noix, céréales non raffinées ou riches en fibres (pain complet, flocons d'avoine), produits laitiers fermentés (yaourt, fromage), poisson, viande rouge et viande transformée, huile d'olive ou de colza, et consommation d'alcool.

La minceur ne fait pas tout

Et les résultats : Les personnes obèses, qui suivaient un régime méditerranéen, ne présentaient pas le taux de mortalité global plus élevé habituellement associé à un IMC élevé. En revanche, un IMC normal ne protégeait pas de la mort précoce ceux qui suivaient le régime de type méditerranéen.

Les auteurs affirment que leur étude est la première à examiner l'effet combiné de l'IMC et d'un régime de type méditerranéen sur les taux de mortalité. La corrélation entre l'obésité et la mort prématurée a toutefois été démontrée dans d'autres études, et le lien entre un régime de type méditerranéen et la bonne santé et la longévité est également bien établi.

La conclusion des auteurs : "Les personnes obèses adhérant à un régime méditerranéen n'avaient pas une mortalité accrue par rapport aux personnes plus maigres. En revanche, un IMC maigre ne compensait pas une mauvaise alimentation."

Améliorer la qualité de l'alimentation devrait être un objectif plus réalisable et plus justifié. Plutôt que d'être obsédé par le chiffre sur la balance, concentrons-nous d'abord sur ce que nous mangeons et sur ce que nous ressentons.

Une alimentation saine est un facteur indépendant - tout comme l'exercice physique - qui protège à tout niveau de poids, tandis qu'une alimentation malsaine accroît les risques même si nous ne sommes pas en surpoids.

 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés